Un des Lundis à Deux de ce mois de juin était : « Quel est votre livre de chevet du printemps » ?

Je m’en veux un peu d’avoir raté ce rdzvous, alors que justement, j’ai en ce moment sur ma table de chevet un livre qui m’a vraiment beaucoup plu et dont j’ai très envie de vous parler : il s’agit du livre « Cool Parent make happy kids ou comment être un parent bienveillant et empathique ? » de Charlotte Ducharme, publié en janvier 2017 aux éditions Marabout.

Quand j’ai appris que cette blogueuse (que j’avais donc connu d’abord via son blog et dont j’appréciais déjà les conseils qu’elle y prodiguait),avait écrit ce livre, j’ai vraiment eu envie d’en savoir plus et de l’avoir un entre les mains pour le lire. J’étais donc vraiment ravie d’en recevoir un jour un exemplaire (merci Marabout et merci Charlotte Ducharme !!!).

C’est après une grosse journée de boulot un peu stressante et une fin de journée rythmée par les enfants (le classique « retour de l’école – préparation du dîner pendant qu’ils jouent – douches – dîner en famille – brossage des dents/débarbouillage et (enfin !) l’histoire du soir), que j’ai (enfin, bis !!) pu me poser et de ouvrir ce livre « Cool Parent make happy kids ».

Et là, j’ai été comme « happée ». Littéralement. Je ne l’ai pas lâché de la soirée.

J’avais déjà lu des livres sur l’éducation bienveillante (notamment celui-ci). Et quelques articles aussi, notamment sur le blog de cet auteur justement. Mais ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas replongée dans ce genre d’ouvrages. Et, très sincèrement, je n’ai pas été déçue. Je ne dis pas cela parce qu’on me l’a offert, je suis vraiment sincère, ceux qui me suivent et me lisent depuis plusieurs années le savent bien, je ne parle ici que de vrais coups de coeur.

Alors, pourquoi ce livre m’a plu ?

Déjà, parce qu’il est écrit par une maman. Et pas par une psy ou un pédiatre, ni par une professionnelle de la petite enfance. On pourrait me rétorquer qu’alors, cet auteur n’a aucune légitimité pour ainsi prodiguer ses conseils d’éducation, qu’elle pourrait faire plus de torts que de bien. Hé bien, moi au contraire, je pense avoir toujours été plus ouverte aux conseils de non professionnelles, d’amies ou d’inconnues qui en discutant avec moi de leur expérience m’ont fait part de ce qui a fonctionné pour elles que des conseils venant de professionnels.

Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais c’est ainsi pour moi. Même si j’ai la chance par ailleurs d’avoir toujours rencontrés des professionnels très compétents pour mes enfants quand j’en ai besoin, j’aime beaucoup l’idée de s’enrichir des expériences de personnes non professionnelles, qui partagent juste leur vécu et ce qui a fonctionné pour elles.

C’est d’ailleurs ce que j’ai également apprécié le fait que l’auteur ne présente pas son livre comme un Guide avec les 10 commandements pour devenir un parent parfait, mais plutôt, et même au contraire, comme une façon de partager son expérience avec des mamans qui comme elle, sont imparfaites et ont voulu un jour prendre du recul et trouver une autre façon de gérer certaines situations conflictuelles avec leurs enfants.

« Bien sûr » dit-elle dans son avant-propos, « je ne suis pas un parent parfait, il m’arrive de me disputer avec mes enfants. Je perds patience, je suis pressée. Mais j’essaye. J’essaye de sortir la tête du guidon, de me décoller de mon smartphone et de garder en tête mon objectif, comme une idée fixe : tout faire pour que mes enfants deviennent des adultes heureux, épanouis, bien dans leur baskets« .

J’ai aussi lu ce livre facilement et avec plaisir car j’ai constamment eu cette impression que l’auteur y donnait des conseils sans faire de leçons, sans jugement, en partageant ce qui a fonctionné chez elle et qui pourrait peut être aider certains.

Les chapitres se succèdent et plusieurs situations différentes sont décryptées, autant de moments de « crises » ou de « tensions » quotidiennement vécues entre les parents et les enfants et à chaque fois, des astuces sont proposées pour tenter de désamorcer plus facilement la crise ou de contourner le problème.

Les conseils prodigués sont assez faciles à retenir, surtout parce qu’ils ont tous en sous-jacent cette bienveillance dont il faudrait toujours savoir faire preuve. Une des règles, c’est bien souvent de se mettre à la place de l’enfant ou de transposer la scène comme si on la vivait nous-même à sa place, dans nos relations professionnelles, amicales ou amoureuses.

Et pour ceux qui ont une moins bonne mémoire, il y a à la fin de chaque chapitre des petits résumés, comme des listes de petits « mantra » à se répéter pour rester cool et bienveillants en toute circonstance.

Ce qui m’a le plus plu, ce sont les exemples de situations que l’auteur partage, ces moments où elle aussi elle a pu déraper, rater le coche, moins bien faire et s’en vouloir ensuite.

Parce que quand elle partage ses faiblesses, on peut alors encore plus facilement s’identifier.

Le plus souvent, ce sont des situations que nous avons tous déjà vécues au moins une fois avec nos propres enfants ou nos neveux/nièces/petits-enfants etc.

Et je me répète, mais j’ai vraiment apprécié le fait que Charlotte Ducharme encourage – plutôt que de juger – ces lecteurs en leur disant qu’à force de se questionner, d’essayer de rectifier le tir, de changer petit à petit, on y arrive, on peut devenir un peu meilleur chaque jour.

Un peu comme quand on se décide à arrêter de fumer ou de maigrir ou encore, quand on veut reprendre le sport. C’est à force d’entraînement, de tentatives, que peu à peu, les bonnes habitudes se mettent en place.

C’est rassurant de se dire qu’on peut encore changer, que tout n’est pas tracé.

Ce que j’ai aimé aussi, c’est qu’il n’y a pas d’éloge de l’Enfant-roi. Enfin, c’est ainsi que je l’ai perçu en tout cas puisque l’auteur insiste sur le fait qu’il faut quand même donner des règles à l’enfant, et qu’un chapitre est même dédié à cela : après l’abandon des préjugés (chapitre 1) et comment faire en sorte d’être plus bienveillant (chapitre 2), les règles sont présentées comme le socle du bien-être familial. Et moi, je suis totalement en adéquation avec cette façon de penser : savoir être bienveillant tout en posant des limites aux enfants.

Ce que j’ai aimé aussi, ce sont les petits paragraphes qui correspondent aux réactions des parents naturellement plus autoritaires ou qui auront tendance à défendre leur façon de faire (on ne peut pas avoir autant tout faux quand même..).

L’auteur y répond toujours gentiment et avec bienveillance, sans vouloir les démonter ou les faire culpabiliser, sans accuser ou juger. Elle les prend en compte sans les attaquer.

Ce n’est pas un « livre-méthode », mais pour moi, c’est quand même un livre à lire et relire. C’est un livre avec des conseils issus d’une expérience contemporaine, sans jugement et qui ont apparemment bien réussis.

Je me répète un peu sur la notion de jugement, mais c’est vraiment mon ressenti à la lecture de ce livre. Pour moi, on ressent au final, à travers sa façon bienveillante de proposer ces conseils, la bienveillance qu’elle et son mari arrivent à avoir de plus en plus envers leurs enfants.

Dans ce livre, il y a toutefois quelques passages qui pourraient faire culpabiliser les parents qui n’ont pas encore atteint ce stade de bienveillance et de coolitude parentale.

Comme par exemple, le paragraphe sur le développement du cerveau et sur les effets négatifs d’une éducation non bienveillante sur ceux de nos enfants, ou encore, les exemples de situations où l’auteur glisse parfois des « vous n’allez quand même pas réagir ainsi » alors que justement, si, vous lecteur, vous avez déjà réagi ainsi (perso, la scène du brossage de dents transformée en combat de catch, je l’ai vécu, même si je n’en suis pas franchement très fière..).

Quand je lis ce genre d’études sur le développement du cerveau des enfants, je prends vraiment peur en repensant à pas mal de situations vécues avec mes enfants et à toutes mes « erreurs » passées, ces scènes où la colère et la fatigue n’ont laissé aucune chance à la bienveillance et à l’empathie.

Même si je ne me considère pas comme une maman méchante ou malveillante, je suis quand même une maman plutôt autoritaire, et bien souvent, trop anxieuse ou trop fatiguée. Je suis une vraie maman « poule » qui a bien du mal à les laisser sortir du poulailler sans surveillance et sans trop tonne de pulls-mouchoirs-protège tibias et j’en passe…

La chance que j’ai (et mes enfants aussi !), c’est d’avoir à mes côtés un papa super-cool qui est à la maison (avec une facilité que je lui envie beaucoup) le parent cool et bienveillant que je tends moi à devenir aussi.

Enceinte de mon 3eme bébé, et déjà maman de deux bichons de 5 et 3 ans, j’ai trouvé dans ce livre un vrai nouvel élan, de nouvelles techniques à tester pour tenter de garder plus mon calme et de mettre de côté un naturel un peu trop autoritaire. Pour devenir une maman plus cool et plus bienveillante et moins celle qui crie et perds patience.

Non pas que mes enfants ne soient pas sages, au contraire, on me dit souvent que j’ai beaucoup de chance d’avoir deux enfants aussi sages qu’eux. Ils ont juste leur âge et les mêmes envies et les mêmes bêtises que tout enfant de leur âge ont.

Ce livre m’a aussi donné envie de remplir un nouveau carnet. Comme un chemin personnel vers plus de bienveillance.

Pour ne pas oublier certains conseils, je pense que je vais commencer par en écrire certains dans ce carnet. Pour pouvoir les relire souvent.

Dans ce livre, il y a des conseils dont je n’ai pas besoin parce que je fais déjà la même chose (ouf, je n’ai pas complètement tout foiré !! ;o), mais il y a plein d’autres conseils ou astuces qui pourront certainement m’aider et que je n’ai pas envie d’oublier. Je me dis qu’en les notant, je les oublierai moins facilement.

Je pense que je vais aussi lister dans ce nouveau petit carnet les comportements que je ne veux plus avoir avec mes enfants, ainsi que les situations que nous avons vécues et qui ont été réglées de façon facile et fluides, pour ne pas avoir que du négatif et pouvoir aussi prendre conscience de la bienveillance dont je sais déjà faire preuve.

Pour conclure, je dirai, et cela ne plaira peut être pas à l’auteur, que cet ouvrage n’est toutefois pas pour tous les parents.

Pour moi, ce livre ne s’adresse qu’à des parents qui estiment ne pas avoir un comportement toujours adéquat ou optimal avec leurs enfants. Les parents qui estiment ne rien avoir à se reprocher ne devraient pas le lire, c’est vrai, à quoi bon pour eux.

Mais les autres, ceux qui se questionnent et qui ont envie d’essayer autre chose, qui sont sûrement déjà un peu bienveillants mais ont besoin d’être rassurés sur leur capacité à l’être, ceux qui ont parfois aussi souffert – comme moi – d’user trop souvent de vieux réflexes inadaptés à leur enfant ou qui ont vécu des situations de crise qu’ils ne veulent pas revivre, ce livre pourra peut être leur apporter peut être une réponse, leur donner une ou plusieurs astuces et leur faire découvrir quelque chose d’autre, une expérience réussie d’éducation bienveillante.

Voilà. Ce sont mes impressions sur ce livre qui m’a vraiment beaucoup plu et qui restera donc longtemps sur mon chevet !

Et vous, vous avez des lectures d’éducation bienveillantes ? Ou des conseils ou expériences à partager ? 

A bientôt,

Je vous laisse, j’ai un carnet à remplir !

* Pour ceux qui se posent la question, sur les photos, il y a notamment un doudou Pigmée en liberty betsy et boîte vitrine vide-poche Cyrillus

 

Cet article est une nouvelle participation (un peu tardive !!) aux « Lundis à deux », une papote hebdomadaire entre blogueuses sur un des thèmes proposés mensuellement par Alice et Zaza. Les autres participations sont listées ici.