Il y a plusieurs mois déjà, j’ai vécu une expérience peu ordinaire : j’ai été sélectionnée pour être jurée pour le Grand Prix Cinéma du magazine ELLE.

Un peu sur un coup de tête, j’ai décidé, un soir de mai où j’étais seule devant mon ordi, de remplir le questionnaire et d’écrire la critique du film demandé, à savoir le film m’ayant le plus marqué en 2014 et de tout envoyer à l’adresse indiquée au magazine ELLE. Quelques lignes à remplir, un petit texte à pondre, 3 clics et le tour est joué.

Je ne pensais pas du tout que ma candidature allait être sélectionnée et j’ai donc été vraiment surprise, voire un peu prise de panique en recevant l’email de confirmation.

Il fallait être disponible tout un week-end à Paris pour les 7 projections, comment faire avec les enfants etc ? Après avoir obtenu un « bon pour un week-end tranquille » de la part de mon amoureux, j’ai confirmé ma présence à cet événement et j’ai attendu avec beaucoup d’impatience ce long week-end de cinéma.

Nous avions reçu le programme la veille avec les horaires des séances et le lieu des projections (un cinéma dans une petite rue du 6ème arrondissement parisien, le cinéma Christine) sans que la liste des films à voir ne soit dévoilée.

Le mystère a été gardé jusqu’au dernier moment et nous n’avons appris le titre du film que nous allions voir que 3 minutes avant chaque projection.

Et je dois dire que cela a ajouté un certain plaisir à l’expérience.

* Le vendredi, la première projection commençait à 18h30, nous avons vu en première mise en bouche le film « LOLO » de Julie Delpy.

Même si on peut passer un bon moment en regardant ce film, j’avoue que j’ai été moi un peu déçue. J’aime bien Julie Delpy et ses précédents films qui ont d’ailleurs connu un beau succès, mais j’ai trouvé qu’il y avait malheureusement beaucoup de clichés dans « LOLO ».

(c) Allociné

(c) Allociné

* Le second film de la sélection du Grand Prix Cinéma ELLE, c’est le film « THE LOBSTER » de Yorgos Lanthimos, qui sortira le 28 octobre prochain.

Ce film est sans aucun doute possible mon coup de coeur parmi les films de cette sélection. Mais il a divisé la salle. J’en suis sortie moi émerveillée, souriante et enthousiaste. J’avais envie d’en parler à tous mes amis et c’est ce que je fais d’ailleurs depuis. Selon moi, c’est le film à voir cette année, une claque cinématographique. Il a d’ailleurs eu le Prix du jury à Cannes.

Il s’agit d’un film d’anticipation, classé « science fiction » même (ce que je ne comprends pas bien mais bon), difficile à résumer : une sorte de mix entre Tree of Life, Melancholia et Her.

C’est un film très moralisateur, voire violent (mais une violence plus psychologique que physique), qui fait réfléchir, qui dérange car il nous force à nous questionner au fil des événements vécus par les héros de cette histoire. L’esthétique du film est très réussi par ailleurs, de belles images, une mise en scène parfaite.

Autre point important : le jeu des acteurs, tous parfaits, avec un Colin Farrel méconnaissable.

Je vous conseille de ne rien lire d’autres que ma critique voir comme images, extraits ou bande annonce pour ce film qui se suffit en lui-même. Je n’avais rien vu sur ce film avant cette projection et du coup, j’ai été vraiment bluffée, je vous souhaite la même expérience que moi.

Pitch : Dans un futur proche, en vertu des lois de la Ville, toute personne célibataire est arrêtée et transférée à l’Hôtel. Là, il a 45 jours pour trouver un partenaire. Faute de quoi il sera transformé dans l’animal de son choix, puis relâché dans les Bois. N’ayant plus rien à perdre, un homme s’échappe de l’Hôtel et gagne les Bois où vivent les Solitaires et où il va tomber amoureux. Mais l’amour n’est pas autorisé chez les Solitaires…

(c) allociné

(c) allociné

Après ces 2 projections, je suis rentrée à la maison, en bus de nuit dans Paris. La tête pleine des émotions et des images vues juste avant dans cette salle obscure.

Et avec une grande envie de découvrir la suite.

* Samedi matin, la première projection, prévue à 10 heures, était celle du film « MARYLAND » d’Alice Winocour, dont la sortie est prévue le 30 septembre prochain et qui faisait partie de la sélection « Un certain regard » à Cannes cette année.
Il s’agit du second film de cette jeune réalisatrice qui avait accepté de se déplacer pour venir lancer son film.

J’ai été très impressionnée par ce film et je pense pouvoir dire qu’il s’agit même d’un de mes coups de coeur de cette sélection. Je l’ai trouvé à la fois très abouti mais aussi très violent. Le suspens est insoutenable. Les scènes sont très réelles et la violence est d’autant plus difficile à regarder pour moi. Mais ce film reste quand même dans mon top 3.

J’ai beaucoup aimé Matthias Schoenaerts, remarquable dans ce film, un rôle parfait pour lui, ainsi que Diane Kruger, également très belle et juste (si ce n’est une scène où elle doit rester cachée dans une pièce de sa maison, sans savoir où est son enfant et sans aller le chercher, alors que des fous furieux se sont introduits chez eux..). Un film sous haute tension, très sensoriel.

La réalisatrice l’a présenté comme une histoire d’amour un peu particulière. Je le décrirai plutôt comme un beau thriller quasi en huis clos. Que je vous recommande donc.

Pitch : De retour d’Afghanistan, Vincent, victime de troubles de stress post-traumatique, est chargé d’assurer la sécurité de Jessie, la femme d’un riche homme d’affaires libanais, dans sa propriété « Maryland ».

Tandis qu’il éprouve une étrange fascination pour la femme qu’il doit protéger, Vincent est sujet à des angoisses et des hallucinations. Malgré le calme apparent qui règne sur « Maryland », Vincent perçoit une menace extérieure..

(c) allociné

(c) allociné

Après ce film, nous avons eu notre premier débat. C’était très intéressant de confronté les avis de chacune, de faire connaissance avec ces autres jurées.

J’ai approuvé certains commentaires, même applaudi certaines critiques, j’ai souri en entendant d’autres faire référence à leur métier ou à leur passage à Cannes (?!). Je crois avoir pris la parole pour « MARYLAND » même, pour rappeler que même si ce film m’a beaucoup plu, il m’en restera quand même une impression d’extrême violence à laquelle je suis peu habituée et qui m’a parfois fait fermer les yeux même. Comme devant un film d’horreur alors que c’est sensé être une histoire d’amour.

* Le film suivant de la sélection était un film de Jean-Paul Rappeneau qui sortira dans nos salles le 14 octobre prochain, « BELLES FAMILLES »

A nouveau et alors que j’ai tendance à vouloir porter de tout mon coeur les comédies françaises, j’ai trouvé celle-ci un peu ratée et j’ai été assez déçue. Le casting à nouveau était pourtant prometteur : Matthieu Almaric, Marine Vacth, Karine Viard, Gilles Lellouche ou encore Guillaume de Tonquédec ou André Dussolier etc etc. Hélas, à nouveau, j’ai trouvé qu’il y avait un peu trop de clichés, des dialogues peu convaincants. J’ai trouvé que les acteurs, pourtant brillants par ailleurs, n’étaient pas assez bien mis en valeur, c’est vraiment dommage.

Le pitch du film selon Allociné : Jérôme Varenne, qui vit à Shanghai, est de passage à Paris. Il apprend que la maison de famille d’Ambray où il a grandi est au cœur d’un conflit local. Il décide de se rendre sur place pour le résoudre. Cette échappée provinciale changera sa vie…

 

(c) allociné

(c) allociné

* Puis nous avons visionné « MIA MADRE » de Nanni Moretti, qui sortira le 2 décembre prochain.

Il s’agit cette fois-ci d’un très beau film, sur le thème de la séparation, des conséquences de la mort d’un proche sur notre propre vie. Comment continuer à vivre lorsque sa maman vit ses derniers jours à l’hôpital. C’est fin, terriblement bien filmé, MAIS (oui, je suis difficile), j’ai trouvé que cette histoire n’était pas facile à regarder pour moi, elle m’a fait trop penser à mes grands-parents.

Pitch d’Allociné : Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille :

(c) Allociné

(c) Allociné

Le dimanche, dernière journée pour ce mini-festival de cinéma, nous avons pu voir dès notre arrivée dans la salle de projection de ce Grand Prix Cinéma ELLE, le film « SUFFRAGETTE » de Sarah Gavron, qui sortira le 11 novembre.

A nouveau, un gros coup de coeur pour ce film qui est donc dans mon top 3.

Une belle surprise, un très beau film, très réussi, sur le droit des femmes. Ce film parle particulièrement d’un groupuscule de jeunes femmes anglaises, d’ouvrières qui tentent tout et l’impossible pour faire passer un amendement en faveur du vote des femmes en 1912.

J’ai été très émue par ce film, comme les 80 autres membres du jury. Je suis quasi certaine qu’il a fait l’unanimité ce dimanche-là. Il est très bien réalisé et avec une belle prestation de l’actrice principale, Carey Mulligan qui y est magnifique.

 

(c) Allociné

(c) Allociné

Enfin, le dernier film de cette sélection très hétéroclite est « Ixcanul« , un film guatemaltecque. Que j’ai trouvé très intéressant, beau quoiqu’un peu lent ou long.

C’est un film d’auteur sur la condition des femmes paysannes dans ce pays, le Guatemala.

On suit pendant quelques mois la vie d’une jeune paysanne qui a offert sa virginité à un jeune homme qui lui aurait promis de quitter ce pays avec lui et ce, alors même qu’elle était promise au propriétaire des terres exploités par ses parents. Dur, âpre, c’est un film qui plaira au public de films d’auteurs. A voir et de préférence, sur grand écran.

(c) Allociné

(c) Allociné

Et voilà pour le compte-rendu, très détaillé, de cette expérence come jurée.

Bientôt, j’écrirai ici un nouvel article (bien plus court !!) pour vous donner le titre du film gagnant de cette sélection, nous le saurons à l’issue d’une soirée qui aura lieu dans quelques jours à Paris.

A très vite,

MamieVlin ***