Cette semaine fût belle, vraiment belle.
Voici mon récap, avec peu de mots car les images parlent d’elles-mêmes, pour le défi 365 photos du quotidien de Virginieb.

Lundi fût une grande et longue journée de vacances dans le Luberon. On se balade, on déjeune en terrasse, on sieste à 4, on se balade et on mange des crêpes à 4. Bonheur.

Mardi, deuxième journée quasi identique qui finit avec un spectacle de Guignol pour la miss. Bis. 

Mercredi, on quitte le Luberon, pincement au coeur et après un passage éclair à Marseille et une visite ultra rapide du MuCem, on embarque sur le bateau, direction l’île de beauté. Petite appréhension pour la traversée pour moi, mais tout s’est super bien passé. 

Jeudi, première journée en Corse. Réveil très matinal, ptit déj’ en terrasse, playmos vintage pour la miss, avant le départ pour village d’enfance où nous passerons la fin de la semaine et début de la suivante. Bonheur. Ter ou plus, je sais plus.  

Vendredi, premières plages du séjour, des vacances, en famille. Le matin et en fin de journée, après les siestes. Bonheur. Avec un bonus de 20minutes de tranquillité totale pour moi et Super papa ce matin-là à la plage, avec nos 2 petits qui jouent tous seuls, autonomes, avec leur seaux, leur pelle et nous, tranquilles, on bronze, on joue aux raquettes, on se baigne, sans un « MAMANNNN » ou un « PAPAAAA » ou autre cri intempestif ou demande pressante. Le bonheur, je te dis.

Samedi, jour férié mais aussi jour de sable et de vent qui gâche un peu la session plage du matin, mais grossess siestes l’aprèm. Et donc un peu de temps pour moi, pour le blog notamment, je prépare mes articles, j’en publie d’autres, je rattrape un peu le retard et retrouve le goût de cette parenthèse rien qu’à moi. Journée tranquille. Bonheur encore et toujours.

Dimanche, encore une plage en famille. Avec des vagues énooormes cette fois-ci, une eau bien fraîche, un doux moment. On dit au revoir à certains, on poursuit les vacances avec les autres. Quasiment pas une ombre au tableau, mais s’il y en a, on les oublie vite vite. Ralala, qu’est-ce qu’on est bien là..

Un lundi à Gordes (10 août) <script type="text/javascript" data-pin-hover="true" src="//assets.pinterest.com/js/pinit.js"></script>

Un lundi à Gordes (10 août) <script type="text/javascript" data-pin-hover="true" src="//assets.pinterest.com/js/pinit.js"></script>

Un mardi avec Guignol (11 août)

Un mardi avec Guignol (11 août)

Un mercredi sur le bateau (12 août)

Un mercredi sur le bateau (12 août)

Un jeudi matin devant les clochers (13 août)

Un jeudi matin devant les clochers (13 août)

Un vendredi à la plage (14 août)

Un vendredi à la plage (14 août)

Un samedi comme ça (15 août)

Un samedi comme ça (15 août)

Un dimanche sur le sable (16 août)

Un dimanche sur le sable (16 août)

Cette semaine, j'ai eu quelques coups de coeur depuis mes vacances en Corse, pas beaucoup, mais quelques-uns que j'ai envie de garder ici, en mémoire :

– j'ai découvert l'Urbex il y a quelques temps en traînant un soir sur Instagram. J'ai donc beaucoup aimé le dossier préparé par le site Hellocoton sur cette activité consistant à aller explorer, appareil photo en main, des lieux construits par l'Homme et abandonné (ou pas), en général interdit d'accès, ou difficile. Quelques photos pour vous donner une idée de ce que ces reportages photos peuvent donner et un lien vers le dossier Hellocoton ici :

Romany WG – Decadence in Decay et Place Colette (Hellocoton)Romany WG – Decadence in Decay et Place Colette (Hellocoton)

Romany WG – Decadence in Decay et Place Colette (Hellocoton)

– J'ai trouvé un super site pour des patrons de petits doudous au crochet, comme ces petites baleines trop chou, non ?

(c) Pinterest

(c) Pinterest

– Et enfin, une recette d'une tarte aux mûres qui a l'air super fastoche du blog de Châtaigne et que j'ai envie de tester avec les mûres qu'on trouve dans notre village de montagne :

(c) Pinterest

(c) Pinterest

Et vous, cette semaine, plutôt vacances ou reprise ?

Bises à vous et à très vite

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

(Toutes ces photos ne sont pas libres de droit (c) D’une Ile à Paris)